Les femmes et la science..fiction !

Cette année, j’ai décidé de célébrer le huit mars (journée [des, de la, du droit des] femmes) par une ode aux héroïnes de Science Fiction. Cela fera un pied de nez à ce physicien qui avait si mal choisi sa chemise (cf. le billet « shirt storm » de substance P)

Un genre littéraire où les femmes ne servent à rien ?

Les femmes et la SF, ça mériterait une encyclopédie. Je n’ai pas le temps de m’y mettre tout de suite. Cet été peut-être. A moins que ça ait déjà été fait ? Je n’en sais rien. Pour commencer, il faut préciser que la SF est un genre littéraire et cinématographique qui ne laisse vraiment pas beaucoup de place aux femmes. On peut dire que globalement elles n’y servent à rien, à part peut-être décorer, avoir peur, gémir, être sauvées, récompenser les héros. Heureusement il y a des exceptions. Aujourd’hui j’ai envie de célébrer ces héroïnes à qui leurs auteurs donnent des « tripes », qui combattent des monstres intergalactiques, résolvent des théorèmes ultimes et n’ont pas peur de se balader jusqu’aux tréfonds de la galaxie pour y découvrir le sens de la vie. Voici quelques exemples plus ou moins représentatifs.

 1962…Barbarella

Une femme sauvage qui explore les planètes, séduit les extraterrestres et ouvre la voie de la libération sexuelle avec sa libido puissante… et son énorme flingue ! Inspirée par Brigitte Bardot, puis interprétée par Jane Fonda à l’écran en 1968, un an avant l’année érotique de Birkin et Gainsbourg. Célébrons Barbarella, gloire à l’orgasmotron… !

Barbarella Lire la suite