Y a pas que les sciences dans la vie : trouvailles #6

Voici un livre que je ne lirai probablement pas parce que j’ai un article/une thèse/36 bouquins à finir (gniii), mais bon, je suis contente d’avoir croisé son chemin : « De la Masculinité, enjeux sociaux de l’hégémonie » :  les hommes au pluriel, par la sociologue  australienne Raewyn Connell.

« Elle est sollicitée, elle dit non pour des raisons éthiques : elle refuse de participer à la mise au point de la bombe [atomique]. »  Une mini-biographie de Lise Meitner, co-découvreuse de la fission nucléaire et femme de conscience.

Un rapport alarmant sur la situation des filles et femmes syriennes depuis le début du conflit.

Une méta-analyse montre que les goûts des femmes hétérosexuelles pour certains types d’hommes ne dépendent pas du cycle menstruel. Ah bon, nous ne serions donc pas entièrement gouvernées par nos variations hormonales?

Résister à l’emprisonnement des stéréotypes hommes-femmes : retour sur une belle interview donnée par Susan Sontag au magazine Rolling Stone en 1978 !

Renforcez votre « Self esteam » avec les Rock’n’roll camp for girls ! Y a pas d’âge pour s’emparer des guitares (pour dire ce qu’on a à dire)

Une campagne à l’américaine pour que « comme une fille » ne soit plus une insulte (avertissement :  c’est une pub pour les serviettes hygiéniques !! Perso je vous recommande la Mooncup pour préserver votre image et la planète en même temps)

De belles illustrations qui nous incitent à décider de qui nous sommes en tant que femmes… coiffure afro, rondeurs, amours des hommes, amour des femmes, plaisir des livres, des jeans trop grands ou des talons aiguilles… joie de la diversité !

« Du caractère polymorphe et mutlicolore du relou en milieu urbain » : un bon coup de gueule qui dénonce les amalgames racistes dans les discours sur le harcèlement de rue, par Clemmie. A lire.

Un court podcast (en anglais + retranscription) sur les nombreuses femmes à l’origine des premiers ordinateurs et programmes : Ada Lovelace et sa clique! Car l’informatique n’a pas toujours été un domaine réservé des geeks mâles.

 

Sur le terrain, les chercheuses sont parfois des proies

J’ai quelques histoires dans ma besace qui pèsent un peu trop lourd. Ça fait longtemps que je les traine avec moi. Il faut en parler. De cette violence qui nous poursuit. Je parle ici d’une violence particulière : la violence sexuelle. Essayons modestement d’aborder la à l’aide de témoignages que l’on m’a rapportés, et des résultats d’une étude publiée cet été par Kathryn B. H. Clancy (anthropologue de l’université de l’Illinois) et ses collègues.

Les activités de recherche scientifique comportent souvent une dimension « outdoor », « in the field »… en français dans le texte on appelle ça « le terrain ». Et c’est bien connu ma petite, si tu t’aventures toute seule dehors, le grand méchant loup est là qui te guette ! Ainsi les femmes du monde académique qui s’aventurent sur le terrain se retrouvent parfois dans une position qu’elles n’avaient pas cherchée : celle de la proie.

Une biche etonnée à la lecture de ce post (cc) Nicolas Hoizey_FlickR

Une biche étonnée à la lecture de ce billet            (cc) Nicolas Hoizey

Lire la suite